PREMIÈRE EDITION DU SALON DE L’ELEVAGE DU BURKINA : Un pari réussi

Sous la présidence  du président du Faso et du parrainage  du ministre ivoirien des ressources animales et halieutiques, la première édition du salon de l’élevage du Burkina Faso (SABEL) a été officiellement lancée ce mardi 27 novembre 2018. Placé sous le thème, « Place des producteurs animales et halieutiques dans le développement », le sabel constitue un tremplin d’échanges entre les différentes parties prenantes du secteur de l’élevage. Il se tient du 27 novembre au 1er décembre 2018 à Ouagadougou sur le site du SIAO.

Par Issaka OUEDRAOGO/Ouédis

C’est parti pour la première édition du sabel.   Initié par le Ministre des ressources  animales et halieutiques, soutenu par le  gouvernement Burkinabè et de des producteurs,  le but de ce salon est de « promouvoir l’élevage et à valoriser les produits animaux et halieutiques, tout en favorisant des rencontres et des échanges entre les acteurs de ce secteur stratégique », soutient Sommanogo Koutou, ministre des ressources  animales et halieutiques. Le Sabel est également une occasion d’encourager et de rendre visible l’action des producteurs dans le domaine de l’élevage, poursuit  le ministre. « C’est un domaine pour rendre effective l’autonomisation de la femme à travers ses filières », renchérit-il. Quant au Président du Faso, il  a tenu à féliciter le ministre pour l’initiative. Pour lui, « le salon est une bonne initiative car, l’élevage contribue à la mise en place de l’axe 3 du PNDES qui vise à dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi ». D’où cette phrase : « Il y a tout simplement de la place pour tous en élevage et l’animal est un portefeuille ambulant ». « L’élevage contribue fortement à la lutte contre la pauvreté au Faso en ce sens qu’il permet d’obtenir des ressources monétaires essentielles à la satisfaction des besoins de l’homme », a martelé le président du Faso.

Le parrain de la première édition du SabeL, Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques a également salué la tenue du  salon de l’Elevage du Burkina Faso qui, selon lui, revêt non seulement une occasion pour saluer la bravoure des éleveurs burkinabè mais aussi et surtout  de leur offrir l’opportunité de voir les avantages des techniques et des technologies modernes pour une production plus compétitive.

La photo de famille

Durant 5 jours, le salon de l’élevage  développera  des mécanismes d’incitation (foire aux projets de développement, foire aux innovations, table ronde de bailleurs, forum B to B) pour des actions de développement de filières animales et halieutiques et va donc créer  de richesses et d’emplois tout au long de la chaine des valeurs  des activités et des métiers connexes de l’élevage, de l’aquaculture et de l’apiculture.

 

 

Suivez-nous sur:
0
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *