Observatoire national de solidarité : Le programme d’activités 2019 en cours d’adoption

Le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, a procédé à l’ouverture des travaux de la deuxième session de l’Observatoire national de solidarité (ONS), ce lundi 19 novembre 2018 à Ouagadougou. Cette session de 48 heures est placée sous le thème « Lutte contre l’extrémiste violent au Burkina Faso : contribution de l’ONS ». Au total, 36 membres de l’observatoire prennent part à cette session.

Le Burkina Faso connaît, depuis 2015, une situation sécuritaire préoccupante du fait des attaques terroristes récurrentes qui mettent à dure épreuve la cohésion sociale. Ces différentes attaques ont fait 118 morts dont 48 Forces de défense et de sécurité (FDS) et 70 civils. Cette situation s’est considérablement dégradée depuis le début de l’année 2018 au cours de laquelle le pays a enregistré 69 décès, avait déclaré le Premier ministre Paul Kaba Thiéba dans son discours sur l’insécurité, le 17 septembre dernier. Du Centre au Sahel en passant par le Nord et l’Est, cette hydre continue d’endeuiller les familles.

Il en résulte l’impérieuse nécessité de lutter contre l’extrémiste violent et solliciter, de façon permanente, des mécanismes nationaux de solidarité. C’est pourquoi l’Observatoire national de solidarité (ONS) dont la mission est de mettre en œuvre la Charte nationale de la solidarité, organise, les 19 et 20 novembre 2018, sa deuxième session.

Au cours des travaux, les membres de l’ONS vont examiner le projet de programme d’activités 2019 et procéder à son adoption. Deux communications seront également présentées. L’une portant sur l’état de la mise en œuvre des recommandations de la 1re session (ndlr : les 21 et 22 décembre 2017) et l’autre sur le thème de la présente session, « Lutte contre l’extrémiste violent au Burkina Faso : contribution de l’ONS ».

Dans son intervention, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale a, au nom de l’institution et de celui de son président, Alassane Bala Sakandé, félicité l’ONS pour la tenue de cette 2e session. Il a ensuite exprimé les attentes liées à la présente session.

« Les termes de référence nous amènent à croire que durant cette session, l’ONS va certainement apporter, de par ses recommandations, un plus dans la lutte contre l’extrémiste violent mais aussi dans la concorde nationale. Parce que dans cette épreuve, le Burkina Faso a plus que jamais besoin de l’ensemble de ses fils et filles pour créer cette synergie qui peut nous amener à l’unité nationale, à repousser ces attaques et à croire en des lendemains meilleurs », a-t-il dit.

Estimant que la solidarité est un vecteur puissant qui a toujours caractérisé le peuple burkinabè, Me Bénéwendé Sankara a exhorté les membres de l’ONS à promouvoir cette richesse.

La secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille a, de son côté, adressé ses remerciements au président de l’Assemblée nationale pour avoir accepté de parrainer cette session, avant de développer l’une des missions assignées à l’ONS.

« Sur le terrain, l’observatoire fait la promotion de la Charte nationale de solidarité, adoptée en 2009 et qui inclue l’ensemble de toutes les organisations qui sont en œuvre sur le terrain, en l’occurrence les représentants du gouvernement, de l’Assemblée nationale ; les leaders religieux et traditionnels, la société civile, le secteur privé », a confié Yvette Dembélé.

En plus de cela, l’observatoire publie les bilans financiers et moraux des activités de solidarité, capitalise les expériences nationales et étrangères dans le domaine de la solidarité. Et pour pouvoir prendre soin des uns et des autres comme il se doit, la solidarité nationale, selon la secrétaire d’Etat, doit être ancrée dans l’éducation des jeunes. « C’est tout ce travail qui est en train d’être fait sur le terrain en termes d’éducation, de sensibilisation, d’actions communes pour que notre société puisse vivre dans la paix, dans la cohésion », a-t-elle noté.

A l’issue des travaux, des recommandations à même de contribuer à l’édification de la culture de la solidarité et à la lutte contre l’extrémisme violent, seront formulées.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Suivez-nous sur:
0
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *