SANKARA parlait des fonctionnaires il y a plus de 30 ans

“…C’est vrai, les fonctionnaires ne sont pas contents et je les comprends. Moi même je suis fonctionnaire et je comprends leur situation. Ils avaient auparavant des salaires très élevés. Aujourd’hui, on leur demande de partager avec tout le peuple. Ils ont perdu quelque chose. Mais il y a un choix à faire. Ou bien nous cherchons à contenter les fonctionnaires – ils sont à peu près 25 000, disons 0,3% de la population – ou bien nous cherchons à nous occuper de tous ces autres qui ne peuvent même pas avoir un comprimé de nivaquine ou d’aspirine et qui meurent simplement lorsqu’ils sont malades. Les fonctionnaires ne savent pas ce que c’est que l’autosuffisance alimentaire. Ils ne savent pas ce que c’est que la sécheresse. Mais combien de Burkinabè sont morts à cause de la sécheresse ? S’il faut prendre cette question en considération, il faut en trouver la solution. Ça va être un peu difficile pour les fonctionnaires. C’est pourquoi dans tous mes discours, je dis qu’il faut les comprendre, et petit à petit essayer de leur expliquer : « Vous avez à manger parce que vous êtes fonctionnaires, mais si le peuple est misérable et continue à être abandonné à la misère, un jour le peuple va vous empêcher de manger tranquillement. Il viendra d’abord à votre porte et ensuite il la forcera avant de pénétrer dans votre maison pour tout casser et pour manger avec vous par la force. »

Jeune Afrique – 1987

Suivez-nous sur:
0
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *